Des petites mains, et un sourire

...

08 juin 2007

Et personne ne comprend. Que je cours après une solitude à laquelle j'ai à peine envie de goûter. J'ai une chanson dans la tête, son air entraînant me fait pleurer. J'ai des souvenirs qui traversent mes neurones, et leur beauté en devient presque blessante. Parce que quand tout se casse la gueule et que personne ne s'en rend compte. Que personne ne s'dit que y a un bug et que tout l'monde sourit encore. Que les bisous continuent de voler. Et qu'on oublie presque que les miens sont partis depuis longtemps. Que l'envie n'est plus là, et que j'ai à peine le courage d'y croire encore. Quand j'me dis que si les autres s'envolent, c'est un peu grâce à moi, et qu'à force de vouloir tout donner, j'ai oublié d'en garder un peu. Ça rime plus à rien. Et tout ça c'est que des conneries. Je leur en veux putain, de rire encore de tout. Alors que moi j'suis toujours là, avec mon pantalon qui vole et mes yeux dans l'vague, à écouter leur voix qui vibre et la mienne qui déraille.

Posté par Pimprenaile à 21:25 - Et vlan, dans les dents ! - Permalien [#]

Commentaires

Parce que je serai la seule à lire. Faites vous plaisir.